Ça s’est fini comme ça:

Bobby Dorfman quitte New York pour voir si l’herbe est plus verte du côté d’Hollywood. Il y retrouve son oncle Phil dont la carrière est déjà bien lancé pour lui demander un emploi.

En travaillant pour lui, Bobby fera la connaissance de la très jolie Vonnie, de son vrai prénom Veronica, et tombera fou d’amour elle. Persévérant, il ne cesse de la courtiser mais la jeune femme fréquente un autre homme, marié de surcroît dont elle est amoureuse.

Cet autre homme c’est Phil, mais cela Bobby l’ignore, l’oncle du jeune homme ne souhaite guère se séparer de son épouse et ce malgré les vaines promesses faites à Vonnie.

Le soir de leur anniversaire de couple, Vonnie offre une lettre écrite de la main de Rodolphe Valentino et Phil lui annonce qu’il ne peut quitter sa femme. La jolie demoiselle court alors chercher du réconfort dans les bras de Bobby en lui expliquant toute la situation, mentionnant même la lettre.

Les deux tourteraux s’engagent alors dans une belle histoire d’amour et Bobby souhaite demander la main de Vonnie. Il l’annonce à son oncle qui lui  confessera à son tour son amour pour cette autre femme ce qui le pousse à quitter sa épouse. Bobby, ignorant qu’il s’agit de Vonnie lui répète les doutes et la décision de Phil.

L’oncle Phil s’en va déclarer sa flamme à Vonnie ce qui laisse la jeune femme indécise dans ce dilemme douloureux.

Bobby va à la rencontre de son oncle qui déprime et voit la lettre de Valentino offerte par Vonnie encadrée. Il va donc la voir et lui pose un ultimatum: ça sera lui ou son oncle. Elle ne le choisira pas.

Bobby est rentré à New York, ses parents lui demandent de quoi à l’air la nouvelle femme de son oncle ce à quoi il répond, amer. Il travaille maintenant avec son frère Ben, un peu délinquant sur les bords avec la gâchette facile, dans son night club.

Des hommes riches, des vedettes et autres politiques se bousculent aux portes du Café Society  pour raconter les multiples histoires et scandales de l’élite new-yorkaise. Grâce à cela, Bobby rencontre une grande et jolie blonde fraîchement divorcé qui porte le beau prénom de Veronica dont il s’est épris. Elle deviendra son épouse quand ils ont su qu’elle portait leur enfant.

Evelyne, la sœur de Bobby, raconte à son frère Ben ses mésaventures avec son voisin qui ne cesse de les importunés. Ben assassinera cet homme.

Un soir au Café, Phil arriva aux côtés de Vonnie et demande à voir Bobby qui se présente à eux. Il reste quelque peu avec eux et découvre une toute autre femme, pleine de manières et touché d’un snobisme aigu que Bobby n’hésitera pas à lui faire remarqué dès qu’ils seront seuls. Au milieu de certaines confessions, Bobby apprend l’arrestation prochaine de Ben.

Bobby passe de plus en plus de temps avec Vonnie et retombera dans ses bras.
L’enquête sur Ben est ouverte et malgré l’aide des meilleures avocats, il est condamné à mort et se convertit au christianisme parce que les Juïfs ne croient pas en la vie après la mort.

Après la mort de son frère, Bobby reprends le Café Society qui devient de plus en plus florissant. Il part à Hollywood pour étudier l’ouverture d’un établissement semblable  là bas. Du moins c’est le prétexte qu’il utilise pour voir Vonnie.

Bobby rentre à New York pour fêter le nouvel an auprès de Veronica enceinte de leur deuxième enfant qui lui étale ses doutes sur une possible infidélité auprès de Vonnie, ce qu’il réfute totalement.

Les douze coups de minuits sonnent la nouvelle année Bobby embrasse Veronica et exprime ses vœux à ses amis. Mais il pense à Vonnie, qui fait de même de son côté. Ils ne s’aimeront jamais autant que dans leurs rêves.

Tous droits réservés à Mars Films et Gravier Productions
Woody Allen est celui prête sa voix au narrateur dans la version originale.

Mes citations préférées:

« La vie est une comédie écrite par un sadique » – Bobby

« Un rêve ce n’est jamais qu’un rêve » – Vonnie à Bobby / Bobby à Véronica 

« Une absence de réponse c’est déjà une réponse » – La mère Dorfman

 » Il faut vivre chaque jour comme le dernier parce qu’un jour ça sera bien vrai » – Bobby

Publicités