Ça s’est fini comme ça:

Une nuit d’émeutes s’est abattue sur la cité des Muguets après une bavure policière qui a mené Abdel Ichaha dans le coma. Hubert, Vinz et Saïd ses amis sont respectivement Chrétien, Juif et Musulman mais aussi Noir, Blanc et « Arabe ».
Pendant cette nuit, un revolver appartenant à la police est perdu, c’est Vinz qui l’a récupéré et il a soif de vengeance pour son ami encore dans le coma. Hubert lui est plus pacifiste et sermonne tout le long du film Vinz alors que Saïd joue le médiateur entre ses amis.
La nuit passe et le groupe apprend la mort d’Abdel, Vinz ne succombe pas à son désir de vengeance et décide de rendre son arme à Hubert puis de rentrer chez lui accompagné de Saïd.
Mais les jeunes hommes se retrouvent nez à nez avec ce flic ripoux qu’ils avaient croisés auparavant sur le toit de l’immeuble d’Hubert.
Une altercation entre ce policier et les jeunes tourne mal et Vinz est tué. Hubert arrive et braque son arme sur le policier, tout cela devant les yeux de Saïd impuissant et sous le choc. Un coup de feu retentit.

vincent cassel la haine.gif
Le film fait de nombreuses références notamment à Taxi Driver, à Scarface, aux Inconnus, à Astérix et Obélix et même Les Visiteurs.

Mes citations préférées:

« La haine attise la haine » -Hubert

« Tout ce que je sais c’est que je cours pas plus vite que les balles » – Saïd

« Moi je sais encore qui je suis et d’où je viens » – Vinz

« C’est l’histoire d’une société qui tombe et qui au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien…  L’important ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. » – Hubert

Publicités