Ça s’est fini comme ça:

Hatib a passé 7 ans et demi en prison pour sa lutte contre la dictature du Shah. A sa sortie, il rencontre Fereshteh dont il tombe immédiatement amoureux. Elle deviendra par la suite son épouse et lui donnera un fils Manoucher aka Nouchi.

Traqué par les partisans du régime islamiste d’Iran, Hatib n’a pas d’autre choix que de quitter son pays. Il passe par la Turquie et rejoint la France où il deviendra un réfugié.

Cependant, même loin de son pays natal la lutte pour la liberté de ses compatriotes continue. Mais ce n’est pas tout, Hatib veut aussi contribuer à améliorer la vie des habitants en France. Il devient alors directeur d’un centre social et sa femme dirige l’association « Femmes dans la cité »à la cité des Poètes à Pierrefitte. Il rencontrera des personnages haut en couleurs comme Adama, Abdel, Elyess, Mamadou Rachida ou Maïmouna.

Il retrouvera ses anciens camarades iraniens Nasser et Maryam avec qui il a tant partagé en Iran quand son frère Aziz, expert en vol de vêtement, est blessé alors qu’il vivait en Allemagne.

Le centre d’Hibat ferme ses portes par manque de moyen financier. Mais avec l’aide de sa femme, il décide d’aider à rétablir le dialogue social de la cité. Nouchi veut maintenant se faire appeler Kheiron. Pour toutes ses bonnes œuvres, Hibat recevra la légion d’honneur.

Kheiron
Kheiron a écrit et réalisé ce film, bijou du cinéma français.

Mes citations préférées:

« Quand je suis arrivé au quartier des poètes, quelqu’un m’a dit -Y’a rien qui est à nous ici- mais en fait tout était à eux il fallait juste qu’il le décide. » -Hibat Tabib

« Je choisis ma famille. Le peuple d’Iran » – Hibat

« La peur n’évite pas le danger. Et il vaut mieux être ensemble en enfer que seul au paradis. » -Fereshteh

Publicités